La guérison de l’enfant intérieur : c’est quoi ? + Vidéo

Qu’est ce que la guérison de l’enfant intérieur ? Qu’est-ce que l’enfant intérieur ?

Une réalité psychologique

Bien que l’enfant intérieur soit un concept populaire en auto-assistance et en psychologie, c’est en fait un reflet des travaux des éminents penseurs psychologiques Carl Jung et Sigmund Freud.

L’enfant intérieur est décrit par le psychologue clinicien et légiste Stephen Diamond comme une « Réalité psychologique ou phénoménologique ». Cela signifie que même si l’enfant intérieur n’est pas une entité littérale ou physique qui peut être découverte scientifiquement, c’est quelque chose qui est considéré comme une partie valide de la psyché humaine par la psychologie. On dit également qu’il est inconscient.

L’enfant intérieur représente l’innocence, la joie, l’émerveillement, la crainte, l’enjouement, la sensibilité et bien d’autres qualités.

Une dissociation

Freud a suggéré que la plupart des comportements destructeurs et des difficultés mentales rencontrés par les gens sont liés à leur enfant intérieur. Plus précisément, il exprime que notre manque de conscience à la compréhension de notre enfant intérieur est ce qui mène à notre état émotionnel, comportemental et relationnel face aux difficultés. En d’autres termes, nous sommes dissociés de notre enfant intérieur (il y a une différence entre ceci et le trouble dissociatif de l’identité, ou de personnalités multiples, en disant que la dissociation avec l’enfant intérieur est fréquente). Il décrit également cette dissociation comme « Omniprésente », « insidieuse » et « socialement sanctionnée ».

On fait valoir que cette dissociation nous amène à être « coincés » dans notre développement psychologique. En d’autres termes, nous avons peut-être mûri physiquement, mais nous ne nous sommes pas développés psychologiquement au même rythme.

Ceci est socialement sanctionné par la société. Le message que nous donne la société est que nous devons « Grandir », « ne plus être sensible » et « passer à autre chose », par exemple. L’innocence, la sensibilité, l’espièglerie, la joie, l’émerveillement et l’admiration ne sont pas des traits qui sont très appréciés chez les adultes occidentaux (en société). Ainsi, on nous apprend à étouffer et à enterrer ces traits afin de « grandir ». Ça signifie que l’enfant intérieur est rejeté, négligé, nié et abandonné.

Comment cela affecte le présent

L’enfant intérieur est également porteur de peurs, de traumatismes, de blessures et de colère de l’enfance. En tant qu’adultes, nous pouvons être convaincu que nous avons « évolué » et abandonné notre moi d’enfance.

Cependant, lorsque nous renions notre enfant intérieur, nous sommes contrôlés par lui. Cela se produit inconsciemment. L’adulte, malgré ses meilleures intentions, n’est pas en mesure de diriger lui-même sa propre vie et ses choix. Au lieu de cela, ils sont guidés par leur enfant intérieur blessé, en colère, craintif et rejeté. Certains peuvent le décrire comme « un enfant de quatre ans dans un corps de cinquante ans ». C’est pourquoi de nombreux psychologues estiment que c’est la cause d’une mauvaise prise de décision, de mauvaises relations et de difficultés émotionnelles et mentales.

L’enfant intérieur non reconnu crée des ravages.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.