Sortir du syndrome de l’imposteur : les clés pour y arriver !

Suis-je à la hauteur ?

Le syndrome de l’imposteur peut toucher tout le monde.

Il semble toutefois que les personnes les plus fréquemment touchés par ce phénomène soient :

  • les femmes;
  • les personnes présentant un profil neuro-atypique;
  • ceux qui, dans leur enfance, n’ont pu développer leur estime de soi.

Les 3 piliers du syndrome de l’imposteur sont les suivants :

  • peur de tromper son monde;
  • peur d’être démasqué;
  • attribuer sa réussite /succès / compétence à la chance.

Le déficit de l’estime de soi et de la confiance en soi en sont à la base.

Autrement dit le déficit de l’estime de soi, c’est la distance qu’il y a entre qui l’on est réellement (le moi vrai) et qui l’on pense réel ou désire être (l’idéal du moi).

Plus cet écart est grand, moins on a d’estime et de confiance en soi.

 

Au quotidien

Les personnes concernées attribuent leurs réussites à des « coups de bol » répétitifs, et craignent que la roue ne tourne à un moment.

Nous ne sommes pas fiers de nos réussites et nous dénigrons, avons un haut niveau de stress et de honte de nous-mêmes.

Nous sommes convaincus que les personnes qui nous ont aidés l’ont fait par sympathie ou par intérêt.

Certainement pas parce que nous sommes particulièrement compétents.

D’ailleurs, nous disons que nous n’avons pas travaillé assez dur et que nous ne méritons pas cette réussite qui nous est attribuée.

Nous sommes terrorisés d’être démasqués.

Nous ressentons de la honte, rien qu’à l’idée d’être mis à nus.

Difficile dans ce cas de nous faire des compliments qui soient réellement entendus…

Si nous avançons professionnellement sans passer par certaines études, sans certains diplômes classiquement reconnus, nous risquons de ne pas nous trouver légitimes et de nous engouffrer dans ce sentiment d’imposture.

Pour beaucoup d’individus, la reconnaissance des personnes de référence dans tel ou tel milieu évalue notre légitimité.

Or il est fort probable que, dans un monde d’hypersensibles et de haut potentiel, nous sortions tellement du cadre que nous aurons difficilement la reconnaissance de ces personnes, tout simplement parce que nous fonctionnons tellement en dehors de cette « norme ».

L’un des risques est de rechercher une légitimité à travers des résultats exceptionnels; nous mettons la barre si haut qu’il devient presque impossible d’atteindre l’objectif fixé.

Une belle manière de dire : « tu vois, j’avais raison » et de confirmer ce sentiment d’imposture.

Des pistes pour s’en défaire

Parler, s’ouvrir aux autres, tenir un cahier créatif, questionner son récit intérieur (pour se défaire de ses croyances limitantes).

Accepter ses réussites, lister des forces plutôt qu’être focalisé sur ses faiblesses  (voir psychologie positive), se fixer des objectifs personnels (sans comparaison aux autres),se connaitre, s’accepter, s’aimer.

La méthode CHANGE

C : CARRIERE

Il faut se rendre compte qu’actuellement, la plupart des personnes auront une dizaine d’emplois différents. Cela revient donc à dire que l’on changerait de carrière tous les 4-5 ans. Ne pas se décourager de recommencer au bas de l’échelle, accepter la nouveauté et le changement. Mettons de la nouveauté dans notre vie. Il sera ainsi de plus en plus facile pour nous d’accepter positivement les changements. Posons-nous la question : suis-je trop exigeant par rapport à ce que je suis en train de faire maintenant ?

H : HAUT NIVEAU D’ATTENTION

Donner le meilleur de soi, que ce soit dans une relations personnelle ou professionnelle. Observons ce que nous faisons : mettons de la conscience dans ce que nous faisons. Mettons en application rapidement nos nouveaux acquis (formation, …). On ne parle pas de perfectionnisme évidemment, qui sera plus néfaste que bénéfique.

A : ACCEPTER L ERREUR

Acceptons l’imperfection afin d’éviter frustration et rejet de nous-mêmes. L’erreur fait partie du chemin. Soyons attentif à ne pas répéter les erreurs, afin d’en tirer de l’expérience. Rappelons-nous toujours qu’il a fallu 2000 essais à Thomas Edison pour créer l’ampoule. Oui, la chance existe, rappelons-nous juste que plus on s’entraine, plus on a de la chance …

N :  ETRE NATURELLEMENT POSITIF ET CONSTRUCTIF

Lorsqu’on se lance dans un nouveau projet, surtout ne pas se laisser happer par une spirale négative. Regardons ce qui fonctionne bien dans notre carrière/ sport / relation. Lorsque Nous avons un nouveau projet, nous ne partons jamais de 0, même si nous repartons à 0! Listons nos compétences, nos forces !

G : GESTION DE L’AVENIR

La vie est un grand livre, avec de nombreux chapitres, que nous écrivons. Développer sa résilience, ayez une vision globale. Cultivons-nos apprentissages. Et si dès maintenant, nous faisiez “comme si” … La PNL et techniques de modélisation nous aideront à légitimer nos compétences acquises et à apprendre.

E : EXPULSER

Nous avons tous connus des échecs, des fêlures. Le passé est terminé, construisons MAINTENANT et AUJOURD’HUI  sans constamment regarder dans le rétroviseur …

 

Inspiré du livre de N. ALSTEN “Emotifs Talentueux : Etre soi autrement, 6 étapes pour vivre pleinement son haut potentiel” et des podcasts de D. LEFRANCOIS

Cet article vous a plu ? Découvrez, notamment, notre formation en lithothérapie pour enfants et enfants atypiques et toutes les autres via notre agenda.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.