Etre hyper-empathique et heureux c’est possible ?

La disposition naturelle à l’empathie est la plus précieuse de toutes les qualités humaines

Dalaï Lama

Comment devenir un hyper-empathique heureux, équilibré(e) et en pleine possession de ses moyens ?

Les hyper-empathiques (+/- 20% de la population) ressentent tout, parfois de manière exacerbée.

Ils ne parviennent pas toujours à garder une distance saine entre les autres et eux-mêmes.

Ils ont un système nerveux hyper-réactif.

En d’autres termes, ils ne sont pas dotés de ce “filtre” qui permet aux autres d’éviter la surcharge sensorielle.

Leur corps absorbe donc à la fois les énergies positives et stressantes autour d’eux avec une acuité.

Si on devait l’imager, cela équivaudrait à avoir non pas 5 mais 50 doigts à chaque main.

Les hyper-empathiques sont souvent catégorisés comme hypersensibles.

Chez les enfants comme les adultes, l’hypersensibilité est pointée du doigt plutôt que valorisée dans notre société actuelle.

Il s’agit pourtant d’une réelle aptitude et force !

Si vous avez l’impression de ne pas être à votre place dans ce monde,

c’est que vous êtes ici pour en créer un meilleur“.

L’empathie est le médicament dont notre monde a besoin …

C’est quoi l’hyper-empathie ?

Dans l’empathie ordinaire, la personne est de tout cœur avec quelqu’un qui traverse des moments difficiles.

Elle permet également d’éprouver de la joie lorsqu’un proche est heureux.

Un hyper-empathique ressent dans son corps l’énergie, l’émotion et les sensations physiques de ceux qui les entourent.

Ils sont sensibles aux mouvements du corps, au ton de la voix, au messages qui ne sont pas exprimés avec des mots, ainsi qu’aux silences.

Chez eux, le ressenti est premier, il vient avant la réflexion et la pensée.

C’est tout le contraire de ce qui se produit chez la plupart des gens, dans notre société hyper-cérébralisée.

Ils présentent toutes et plusieurs caractéristiques des personnes hypersensibles :

  • faible seul de tolérance à la stimulation;
  • besoin de solitude;
  • sensibilité à la lumière/aux sons/ aux odeurs;
  • aversion pour les grands groupes;

Ce qui distingue les hyper-empathiques des hypersensibles est la capacité des premiers à capter, assimiler l’énergie subtile appelée “chakti” ou “prana” (traditions spirituelles orientales), la force vitale ou énergies de nos corps subtils en d’autres termes.

Quel hyper-empathique êtes-vous ?

Vous êtes hyper-empathique kinestésique si votre corps ressent tout particulièrement les symptômes physiques des autres.

On parlera plutôt d’hyper-empathie émotionnelle si vous percevez avec acuité les émotions tristes ou joyeuses de ceux qui vous entourent au risque de les absorber comme une éponge.

Les hyper-empathiques intuitifs vivent des expériences perceptives qui sortent de l’ordinaire (télépathie, communication animale, intuition exacerbée , rêves prémonitoires, médiumnité …).

Il est possible de cumuler plusieurs types.

 

Comment gérer les relations avec le monde extérieur quand on est hyper-empathique ?

La plus grande force des hyper-empathiques peut se révéler être leur pire alliée lorsqu’ils sont entourés de personnes négatives.

En synchronisant leur humeur à celle des autres, ils absorbent littéralement la dépression d’un ami, la tristesse d’un collègue ou la colère de leur conjoint.

Ils doivent donc s’entourer de personnes positives afin de ne passe laisser contaminer par la négativité.

Les hyper-empathiques sont souvent également considérés comme d’excellents confidents et il est important qu’ils sachent poser un cadre, et écouter leurs propres besoins afin de fixer des limites saines.

La lithothérapie peut être une piste intéressante en terme de protection (une pierre comme la labradorite est tout à fait appropriée).

 

Et pour les enfants ?

Il est primordial que les enfants hyper-empathiques évoluent dans un environnement sécurisant.

La violence ou les abus (physiques ou émotionnels) dont sont victimes certains enfants peuvent affecter leur degré de sensibilité jusque dans leur vie adulte.

Des parents alcooliques, dépressifs ou narcissiques peuvent affecter les mécanismes de défense sains qu’un enfant développe normalement dans un environnement sain et attentionné.

Ce type d'”éducation” donne aux enfants le sentiments de ne pas être reconnus par leur famille.

Ils se sentent invisibles, même au delà de leur cercle familial, dans un monde qui ne valorise pas leur sensibilité.

Dans tous les cas ces enfants hyper-empathiques n’ont pas appris à gérer le stress comme les autres.

Un stimulus nocif (personne en colère, lumière vive et intense, foule,…) peut être très perturbant car leur seuil de tolérance est extrêmement faible.

 

Vis ma vie d’hyper-empathique

Au quotidien, l’hyper-empathie peut toucher différents aspects :

  • santé : épuisement, sentiment d’être submergé, douleurs chroniques, migraines, fatigue chronique, anxiété.
  • dépendances : alcool, drogues, aliments, sexe, achats compulsifs, …
  • relations, amour et sexualité : tendance à nouer des relations avec des partenaires destructeurs, absorbation des émotions du partenaire, notamment lors des rapports sexuels.
  • éducation des enfants : les parents se sentent souvent épuisés et débordés par les exigences de leur responsabilité parentale et les émotions de leurs enfants (souvent hyper-empathiques également).
  • travail : nécessité de poser des limites pour mieux se protéger (notamment des vampires énergétiques).
  • faculté de perception extraordinaire : intuition, prémonitions, visualisation énergétique, …

 

Quelques conseils pour garder son équilibre

Accordez-vous chaque jour des pauses et des moments de solitude afin de vous ressourcer.

Posez des limites ! Respectez-vous et faites que l’on vous respecte.

Créer votre bulle de protection (cohérence cardiaque + visualisation).

Evitez les situations stressantes, privilégiez le contact avec des personnes positives.

Ancrez-vous : ressentez l’énergie tellurique, marchez à pieds nus dehors, méditez, faites une cure de sylvothérapie.

Prenez soin de vous …

 

Les personnes hyper-empathiques ne sont pas trop sensibles.

Leur hypersensibilité est un don avec lequel elles doivent apprendre à composer“.

 

Inspiré du livre “le guide de survie des hypersensibles empathiques”, J. Orloff

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.