Découvrez l’effet placebo en 6 questions

Nous avons tous déjà entendu parler de l’effet placebo.

Le terme placebo signifie « je plairai » en latin.

Il a été choisi pour indiquer que l’effet se fait au bénéfice du patient.

Il est souvent utilisé de façon négative, notamment pour parler de l’inefficacité d’un médicament.

Lors d’un essai clinique, on cherche ainsi à montrer que le médicament testé possède un effet propre et que son efficacité ne repose pas sur le fameux « effet placebo ».

Qu’est-ce que l’effet placebo exactement  ?

L’effet placebo correspond à une diminution voire à la disparition de symptômes suite à l’administration de substances sans action pharmacologique.

Il s’explique par un mécanisme d’autosuggestion capable de soulager les symptômes ressentis par un individu suite à la production de dopamine et d’endorphines par le cerveau.

 

Savez-vous comment est née cette appellation ?

L’utilisation du placebo à des fins thérapeutiques est très ancienne puisqu’elle remonterait à l’Antiquité.

Plus récemment, au XVIIIème siècle, le médecin personnel de Napoléon 1er administrait à l’impératrice Joséphine qui ne cessait de lui réclamer des remèdes pour vaincre sa stérilité, des boules de mie de pain.

C’est durant la Seconde Guerre mondiale que le médecin Henry Beecher a réellement découvert l’effet placebo alors qu’il soignait des soldats américains blessés.

Lorsque la morphine est venue à manquer, il a utilisé une solution saline mais a continué à le dire aux soldats il prenait de la morphine.

Il a ainsi pu les soigner, amputer, recoudre,… des patients sous sérum physiologique !

 

Est-on tous réceptifs à ce fameux effet placebo ?

Le bénéfice clinique du placebo résulte du contexte qui entoure la prise de médicament.

Pourtant, nous ne sommes pas tous égaux devant cet effet placebo.

Si certains répondent de manière plus forte que d’autres, le monde scientifique ne sait que peu de chose sur cette différence de réponse.

Plusieurs éléments ont toutefois été avancés : différences de personnalités – les tempéraments optimistes pourraient par exemple être plus sensibles à l’effet placebo – ou variations génétiques individuelles.

 

Et le Nocebo, c’est quoi ?

Le terme nocebo, qui signifie « je nuirai » en latin, désigne l’effet inverse.

Il est employé pour indiquer l’effet se fait au détriment du patient (dans le langage médical).

 

La solution est donc notre cerveau ?

Quel que soit le mal dont la personne souffre, c’est au niveau du cerveau que le placebo agit.

Ce dernier entraîne notamment une modification de l’activité électrique du cortex cérébral.

On sait par ailleurs qu’il produit les mêmes effets sur notre cerveau que la morphine.

Incroyable n’est-ce pas?

Nos formations en PNL et hypnose vous en apprendront davantage !

 

Avez-vous déjà utilisé l’effet placébo ?

Bisou magique, verre d’eau sucrée ou une crème hydratante sont des placebos bien connus des parents, qui ne conscientisent pas toujours qu’ils exercent ce mécanisme avec leurs jeunes enfants.

 

Alors quand vous entendrez maintenant quelqu’un affubler l’effet placebo à une thérapie alternative ou holistique, souriez et souvenez-vous que le Pouvoir qui est en chacun de nous n’est autre que notre cerveau !

Découvrez notre chaîne youtube !

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.